J'attaque la Montespan de Jean Teulé . Le style de Teulé ne me plait pas trop.... mais je vais quand même essayer de lire jusqu'au bout... ça me fera une leçon d'histoire.... que je ne connais pas !!! oui oui, je suis une ignorante......je vous donne mon avis très bientôt.....
Finalement, le style de Teulé est rigolo..... il raconte ça à sa façon... donc

Monsieur Montespan se mari à Mme.... Mme qui vient de perdre son premier amoureux battu en duel ..... elle devait se marier le lendemain..... bon faut pas gacher donc rencontrant Monsieur "de" sur le lieu du massacre. une décision est prise : gachons pas tout, marions nous et tu pourras mettre ta jolie robe. Ni une ni deux.... les épousailles sont consommées et tant qu'à faire, la belle qui s'appelait Françoise, se fait nommer Athénaïs.... c'est beaucoup mieux beau....
La belle lui donne deux enfants. Le rêve. Sauf que le marquis se trouve un défaut : les deniers lui manquent un peu, qui lui permettraient d'assurer leur bonheur .
Aussi s'endette-t-il pour lever des armées et les emmener guerroyer aux quatre coins du royaume, espérant une reconnaissance sonnante et trébuchante de sa majesté Louis XIV. Sans succès.
Ses déconvenues, ses absences et l'indigence commencent à lasser sa dulcinée, qui fréquente la cour, et porte des tenues de plus en plus légères, ce qui n'échappe pas à la domestique familiale... Et voilà t'y pas que la belle est repérée par le Roi....qu'il la met dans son pieu et lui fait même des enfants ! La Montespan tombe enceinte, mais cette fois, les dates la trahissent. Elle avoue son aventure avec... Louis XIV.

- Qui est le père ?"
- Louis Henri, je t'avais dit de ne pas me laisser près du roi... on ne peut rien refuser à Sa majesté....


que même le brave Montespan tellement qu'il est triste, tellement qu'il veut récupérer son amoureuse.... est prêt a considérer comme les siens tellement il aime sa Françoise/AthénaÏs qui en porte des jupons, friponne, secrète, modeste.....

- Lorsqu'une femme mariée accouche, son mari est bien toujours considéré
comme le père ?
- Ah oui, répond le praticien. Et ce, qui que soit le géniteur... Is pater quem nupatiae demontrant !


Le marquis multiplie alors les initiatives pour nuire au monarque : il claironne sa déconvenue au point de faire placer des cornes au sommet de son carosse, alerte le clergé, refuse avec arrogance les dédommagement financiers du roi, pénètre à deux reprises au château, dont une fois pour violer la reine en personne, avant de renoncer devant l'ampleur de la tâche...

Bon je ne vais pas tout te raconter quand même.... mais alors, les cornes il les porte comme une trophée de gloire..... et puis l'histoire à sa morale que voulez-vous.....

Et si tu veux savoir comment ça fini..... lis le livre : pas trop cher en poche.....